Skip to main content

Au Luxembourg, l'entreprise générale n’est généralement impliquée que tardivement dans l’élaboration d’un projet de construction. Certains peuvent considérer cette situation comme un inconvénient, car les processus de construction se complexifient et les exigences ne cessent de croître. En conséquence, elle entraîne également une augmentation des prix de la construction. En réaction, CLE propose une gestion de projet sous la forme de « bouwteam ». Une façon pour l’entreprise générale d’apporter sa pierre à l’édifice dès la phase de conception d’un ouvrage. Explications avec Mady Lellé et Luc Lombard, respectivement directrice commerciale et chef du service développement chez CLE.

Article paru dans le magazine LG n°249 - Mai / Juin
Image projet en cours

Un travail d'équipe

Traditionnellement, en amont d’un projet, le maître d’ouvrage s’entoure d’un architecte, associé à des bureaux d’études. Mais il peut également décider de consulter une entreprise générale dès le stade de la conception. On parle alors de «bouwteam», une forme de collaboration étroite entre le maître d’ouvrage, la maîtrise d’œuvre et l’entrepreneur général chargé de l’exécution des travaux qui présente de multiples avantages pour chacune des parties.

«Inclure l’entreprise générale dans la phase de conception d’un projet, c’est garantir le budget et la planification des travaux en amont, un réel atout pour le maître d’ouvrage», affirme Mady Lellé. À l’heure où les clients attendent toujours plus de transparence et de précision au niveau des prix, l’implication en amont de l’entreprise générale prend tout son sens. «Plus nous intervenons tôt dans le projet, plus vite nous pouvons confirmer l’APS (avant-projet sommaire) du projet établi par l’architecte et les bureaux d’études avec leur estimation budgétaire. Ces derniers se basent généralement sur un prix ratio au m2 alors que nous pouvons, en tant qu’entreprise générale, affiner l’estimation en nous basant non seulement sur les prix réels du marché mais aussi sur les métrés réalisés par nos services d’études», poursuit la directrice commerciale. Si ces vérifications sont réalisées en amont de la phase d’autorisation, les concepteurs auront bien plus de latitude pour revoir leur conception de l’ouvrage en cas d’inadéquation entre l’estimation du coût du projet et le budget du client.

Consulter l’entreprise générale au préalable est également une manière pour le maître d’ouvrage de se rassurer sur le planning d’exécution. «Nous définissons un délais pour chaque phase du projet selon les ressources et la main d’œuvre disponibles à chaque étape», explique Luc Lombard. Le travail en bouwteam constitue également un gain de temps non négligeable pour le maître d’ouvrage, notamment en permettant une réduction des délais de soumission.

Grâce à cette façon de travailler, les différents intervenants bénéficient également d’un espace d’échange et de mise en commun de leurs expériences et expertises respectives; un bon moyen d’éviter l’apparition de difficultés techniques lors de l’exécution. C’est aussi, pour l’entreprise générale, l’occasion de cerner plus précisément les attentes du client, ce qui lui permet de mieux répondre à ses questions et ses besoins.

CLE, un partenaire au savoir-faire et au savoir-être uniques


Lorsqu’elle intègre une équipe de conception, CLE n’a pas l’ambition de se substituer aux professionnels qui l’entourent. Bien au contraire, elle apporte plutôt une valeur ajoutée à différents égards tant elle a de cordes à son arc.

«Notre entreprise n’a pas uniquement la capacité de répondre à une demande sur le gros-œuvre ou le parachèvement mais balaye l’ensemble des spécialités du bâtiment. CLE emploie en effet des spécialistes du gros-œuvre, du parachèvement, des façades, du bois, des techniques spéciales, etc. L’entreprise propose également des services «supports» importants, notamment dans le BIM. Elle a donc la capacité d’enrichir les éventuelles maquettes des architectes et bureaux d’études par les siennes en suivant un même schéma. La société dispose aussi d’un service de métrés qui lui permet de vérifier celles des bureaux d’études ainsi qu’un service «méthodes» grâce auquel elle organise et encadre un chantier de manière rationnelle et parfaitement adaptée aux spécificités de l’ouvrage réalisé», détaille Luc Lombard.

Evidemment, CLE possède aussi des atouts qui la rendent très efficace durant la phase d’exécution. «En recourant à un Centre de Consolidation de la Construction et/ou en appliquant la méthode de management «LEAN», l’entreprise évite le gaspillage de ressources et de temps et optimise les flux logistiques vers ses chantiers», ajoute Mady Lellé.

En outre, l’équipe bouwteam, lorsqu’elle s’associe avec CLE, bénéficie de son expérience sur une base de références extrêmement large. «L’entreprise qui a fêté ses 50 ans en 2020 a réalisé tous types de bâtiments et peut apporter son éclairage sur les tendances actuelles de la construction et, pourquoi pas, des idées nouvelles!», indique son chef de service Développement. Une expérience que l’entreprise partage en toute humilité: «Dans le cadre d’une collaboration aussi étroite, nous adoptons toujours un positionnement humain et faisons preuve d’un réel esprit d’équipe. Proactifs, nous apportons notre pierre à l’édifice sans toutefois nous imposer», précise-t-il.

Un échange d’expertise qui a la cote


Cette manière innovante d’aborder la phase de conception d’un projet a très certainement de belles perspectives d’avenir. Mady Lellé l’a constaté: «Pour toutes les raisons que nous avons mentionnées, les maîtres d’ouvrage, qu’ils soient publics ou privés, plébiscitent de plus en plus le travail en bouwteam». En effet, en envisageant de travailler au sein d’un bouwteam, on s’assure de pouvoir collaborer avec des partenaires consciencieux en bloquant des créneaux horaires à moyen terme pour la réalisation.